Détail

Le Conseil fédéral vise la neutralité climatique en Suisse d’ici à 2050

En ratifiant l’Accord de Paris, la Suisse s’est engagée à réduire de moitié ses émissions de gaz à effet de serre d’ici à 2030 par rapport à leur niveau de 1990. Se basant sur les derniers travaux du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC), le Conseil fédéral a décidé lors de sa séance du 28 août 2019 de revoir cet objectif à la hausse, en visant la neutralité carbone à partir de 2050.

Photo WaldLuzern (Werner Hüsler)

La Suisse entend ainsi contribuer aux efforts internationaux destinés à limiter le réchauffement climatique à 1,5 °C au maximum par rapport à l’ère préindustrielle.

Lors de la signature de l’Accord de Paris sur le climat, le Conseil fédéral avait fixé comme objectif à long terme une réduction des émissions de gaz à effet de serre de 70 à 85 % d’ici à l’horizon 2050. Cet objectif était fondé sur les conclusions du GIEC selon lesquelles le réchauffement de la planète devait être limité à moins de 2 °C d’ici à 2100 afin d’éviter de graves conséquences pour l’homme et la biodiversité. En 2018, le GIEC a démontré que des bouleversements profonds des écosystèmes étaient à attendre à partir d’un réchauffement de 1,5 °C et que le niveau de zéro émission nette de gaz à effet de serre devait donc être atteint bien plus tôt que l’échéance visée jusqu’à présent. Le Conseil fédéral a par conséquent chargé l’Office fédéral de l’environnement (OFEV) de réévaluer les objectifs climatiques à long terme et d’élaborer des pistes d’action possibles. Le 26 juin 2019, dans le cadre des discussions sur les aspects que la Suisse entend aborder en priorité lors de l’Assemblée générale des Nations Unies de 2019, il avait établi que la Suisse augmenterait son objectif de réduction à l’horizon 2050.

Plus d'info de l’Office fédéral de l’environnement (OFEV)